Archive for juin, 2012

25 juin 2012

Solidarité avec les camarades d’Hénin-Beaumont!

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

Le 17 juin à Hénin-Beaumont, des camarades ont été interpellés alors qu’ils se rendaient à un rassemblement antifasciste. Suite à cette interpellation, deux d’entre eux devront comparaitre devant la justice.

Le procès d’un camarade débute ce mercredi 4 juillet à 10h30 au tribunal pour mineurs de Béthune.

Nous tenons à réaffirmer notre soutien aux personnes inculpées. Nous serons à leur côtés tout le temps que durera la procédure.

Nous considérons que cette affaire est une affaire collective, puisqu’à travers ce procès ce sont tous les groupes et les personnes antifascistes autonomes qui sont directement visés.

Ce 17 juin, la mission de la police était clairement de protéger le local du Front National, et d’éviter tout mouvement à l’issue des élections législatives.

En effet, l’Etat et la Justice bourgeoise ne supportent pas que des individus puissent agir de manière organisée, en dehors des circuits de la politique politicienne qui ont tant favorisé l’implantation des fascistes, notamment et de manière emblématique à Hénin-Beaumont.

L’Action Antifasciste a mis en place une caisse de solidarité destinée à participer aux frais d’avocats des camarades antifascistes qui auront à comparaitre devant la justice.

Ce rendez-vous n’est que le début d’un long processus, au terme duquel nous demandons que les quelques charges qui pèsent sur nos camarades soient abandonnées.

Face à la montée du fascisme et à la répression de nos camarades par l’Etat bourgeois, solidarité antifasciste!

Publicités
18 juin 2012

Non à la répression des antifascistes à Hénin-Beaumont !

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

 

 

Le fascisme ne cesse de progresser, et alors que Marine Le Pen a failli l’emporter à quelques voix près dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais et qu’elle a obtenu plus de 55% dans la ville même d’Hénin-Beaumont, l’État s’en prend aux antifascistes.

Le CVA 62 avait relayé l’appel au rassemblement de 19h30 dimanche 17 juin car nous pensions qu’il était important d’être là.

Les menaces, intimidations et agressions de la part de groupes fascistes (liés de près ou de loin au Front National) se multiplient dans la région depuis plusieurs mois.

Des membres du Front National n’hésitent même plus à se faire passer pour des policiers en civil sur le marché d’Hénin-Beaumont afin de chasser les gens qui véhiculent des idées progressistes, comme on nous l’a rapporté la semaine dernière.

La pression fasciste s’accentue, la chape de plomb du populisme et de la réaction portée par Marine Le Pen prend de l’ampleur.

Alors que d’une part, les démarches électoralistes et populistes à la Mélenchon on totalement échoué, d’autre part l’État tente d’empêcher l’existence d’un mouvement antifasciste autonome.

La police a interpellé et accusé les camarades antifascistes de dimanche d’avoir préparé « un gros coup » dans le seul but de les empêcher de se rendre au rassemblement.

C’est parce qu’il y a eu une mobilisation et un soutien immédiat que les camarades n’ont pas été trop lourdement chargés.

L’État a beau jeu de présenter les antifascistes comme des personnes armées et violentes, alors que chaque jour un peu plus les fascistes tombent le masque et montrent leur volonté d’anéantir tout ce qui est progressiste.

Il faut une confrontation totale aux projets, aux valeurs et aux idées fascistes!

Que les choses soient claires : nous ne resterons pas passives et passifs face à la montée du fascisme!

Organisons l’autodéfense populaire!

Monte ton groupe autonome antifasciste!

18 juin 2012

Communiqué des antifascistes interpellés à Hénin-Beaumont le 17 juin 2012.

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

Alors que nous nous rendions au rassemblement antifasciste prévu pour
protester en cas de victoire de Marine Le Pen aux élections législatives, nous avons été interpellés de manière très musclée à proximité du lieu de rendez-vous.

En l’espace de quelques secondes, nous avons été encerclés par un
dispositif policier important (6 voitures de policiers en civil et en
uniforme) avant d’etre interpellés et placés en garde à vue.

Le but de la manoeuvre était clairement de nous empêcher de nous rendre
au rassemblement.

Face à la mobilisation instantée depuis l’extérieur (communiqués de
soutien),les charges à notre encontre ont spectaculairement diminué.

Alors qu’on nous accusait initialement d’avoir planifié des actes de
violence en bande organisée, finalement seul deux d’entre nous sont ressortis avec une convocation à comparaitre devant un tribunal (novembre 2012). Les charges de violence en bande organisée ont été abandonnées.

Nous sommes restés solidaires malgré la pression des policiers qui essayaient de nous monter les uns contre les autres, et c’est grace à notre fermeté que nous avons pu sortir rapidement et presque sans suite.

Plus que jamais, solidarité antifasciste!

12 juin 2012

Rassemblement antifasciste le 17 juin à Hénin-Beaumont

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

Ce dimanche 17 juin aura lieu le second tour des élections législatives.

A Hénin-Beaumont et dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais, c’est Marine Le Pen (FN) et Philippe Kemel (PS) qui vont s’affronter dans un duel très serré. L’issue du scrutin est incertaine.

Dans le deux cas de figure (défaite ou victoire électorale de Marine Le Pen), il y a des risques de perturbation de la part de l’extrême-droite.

Alors soyons nombreux lors de l’annonce des résultats, pour faire barrage au Front National !

Rendez-vous SANS DRAPEAUX NI BANNIERES, le dimanche 17 juin à 19h30 devant l’Hotel de ville d’Hénin-Beaumont.

Le Pen, facho, le peuple aura ta peau !

https://www.facebook.com/pages/H%C3%A9nin-Beaumont-est-Antifasciste/334582289925877

11 juin 2012

Premier tour des législatives : quelques remarques sur Hénin-Beaumont

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

Il n’y a pas de quoi se réjouir:

Ce dimanche lors du premier tour des élections législatives dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais, Marine Le Pen est arrivée largement en tête avec 42,36 % des voix , suivie par le candidat socialiste Philippe Kemel qui remporte 23.5 % des suffrages.

Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de Gauche,  arrive seulement en troisième position avec 21.48% des voix et a été éliminé.

Ce sont donc Marine Le Pen et Philippe Kemel qui s’affronteront lors du second tour dimanche 17 juin. Et l’issue du scrutin est très incertaine, elle dépend en partie des reports de voix du candidat de la « droite républicaine » Jean Urbaniak, maire de Noyelles-Godault (7,92% au premier tour) vers le candidat « socialiste » Philippe Kemel, (maire de Carvin et président de la plateforme logistique Delta 3 de Dourges).

On notera pour ce premier tour que le taux d’abstention (42,88%) est supérieur à la moyenne nationale, malgré toute la médiatisation qu’a engendrée le « duel » Le Pen-Mélenchon.

On notera également que la candidature de Jean-Luc Mélenchon n’a pas  eu l’effet escompté, qui était de présenter une personnalité politique suffisamment « prestigieuse » (et médiatisée) pour prétendre battre Marine Le Pen.

Non seulement c’était un pari risqué, mais aussi non dépourvu de conséquences en cas d’échec.

Certes tout cela met en relief la popularité dont jouit Marine Le Pen auprès d’une partie de la population, mais ce n’est pas l’aspect le plus important.

Avant tout, la défaite de Jean-Luc Mélenchon dresse le constat d’échec de toute démarche « antifasciste » qui se limite à une stratégie purement électoraliste:  on ne peut pas renverser la tendance en 4 semaines, et le combat antifasciste ne se limite pas à dénoncer la « vermine », c’est un long et patient travail, pour employer les grands mots, c’est une question de civilisation!

Même si le Front National dispose d’une base électorale  et de la « bienveillance passive » d’une partie de la population de cette circonscrition, son réservoir de militants est très limité. C’est pourquoi les personnes qui collent les affiches et distribuent les tracts du FN sont rémunérés (25 euros la mission).

De la même manière, pour se donner l’apparence d’une affaire qui roule toute seule, le FN est ainsi obligé d’user de tout un arsenal de méthodes qui sont au mieux malhonnêtes, et au pire digne des nazis. Infiltrations dans la campagne d’autres candidats, faux journalistes qui posent des vraies-fausses questions lors des conférences de presse, rondes de nuits, intimidation et passage à tabac de camarades… sont des faits avérés que nous avons pu constater ces dernières semaines. Le fascisme ne progresse pas que par les urnes…

Durant la campagne électorale on a pu voir également sur le marché d’Hénin-Beaumont des militants fascistes de tendance national-révolutionnaire (le mouvement Troisième Voie de Serge Ayoub) vendre leur journal, et des tracts « F de Souche » ont également été distribués.

Le fascisme est un mouvement : il n’est donc pas surprenant que d’autres mouvances du fascisme s’engouffrent dans la brèche ouverte par le Front National pour profiter de la couverture médiatique qu’il suscite…

Des médias au service du fascisme puisque presque tous les journalistes (presse écrite et télévision) présents à Hénin-Beaumont lors de l’annonce des résultats ont passé leur soirée non pas au bureau central jouxtant la mairie, mais… dans le QG du Front National quelques centaines de mètres plus bas.

Face à la barbarie qui monte, ne laisse rien passer, organise toi!

3 juin 2012

par Comité de Vigilance Antifasciste 62