Massacres de Toulouse et Montauban : un point de vue antifasciste

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

Nous tenons à souligner la nature fasciste des meurtres de Toulouse et Montauban.

Comme les massacres en Norvège en juillet dernier, ces meurtres ne sont pas l’œuvre d’un « déséquilibré », ces actes ont été murement réfléchis et toute cette horreur est le résultat de la profonde crise morale qui accompagne la crise générale du capitalisme.

Pour nous, il est hors de question de « psychiatriser » de telles horreurs, peu importe que le meurtrier s’appelle Anders Breivik ou Mohamed Merah. Ces massacres témoignent de la montée du fascisme en France.

Nous avions d’abord cru à la piste des militaires néo-nazis de Montauban, et nous avions de bonnes raison de le faire, compte tenu de l’actualité récente dans le Grand Sud Ouest (voir ici et ici).

Nous nous sommes trompéEs car le meurtrier présumé, est un jeune français d’origine algérienne.

Cela ne change rien au fait que cet individu est un authentique fasciste. D’ailleurs il semblerait que Mohamed Merah était proche de Forsane Alizza, une organisation salafiste ultra-réactionnaire qu’on a vu récemment défiler aux côtés du Front National lors de manifestions pour interdire une certaine pièce de théâtre (lien).

Le caractère antisémite et génocidaire du massacre de l’école Ozar Hatorah à Toulouse est évident. Tuer des enfants parce qu’ils sont juifs, c’est un basculement dans la barbarie. Les victimes  de l’école juive se nomment : Gabriel Sandler, 6 ans, Arieh Sandler, 3 ans,  Myriam Monsonégo, 8 ans, et Jonathan Sandler, 30 ans.

Les militaires tués se nomment Abel Chennouf, 25 ans, Iman Ibn Ziaten, 30ans, et Mohamed Legouade, 23 ans. Ce dernier a le même prénom et le même age que le meurtrier présumé.

Loïc Liber, militaire français ayant grandi à la Guadeloupe, est à cette heure entre la vie et la mort.

Même si ces soldats étaient au service de l’impérialisme français, il faut souligner que les minorités nationales sont les premières victimes de ces massacres.
Nous nommons toutes ces personnes, car peu de médias s’en donnent la peine. Comme si le simple fait d’appartenir à une minorité gommait la nécessité d’être défini par un nom et un prénom.

Ce mépris des médias pour l’identité des victimes est lui aussi symptomatique de notre époque.

L’heure est à la division exacerbée au sein du peuple. Pour combattre ces divisions, les antifascistes sincères doivent condamner fermement toute forme de racisme et d’antisémitisme, et construire l’unité à la base.

Que vive l’Action Antifasciste!

Publicités

3 commentaires to “Massacres de Toulouse et Montauban : un point de vue antifasciste”

  1. malheureusement, ce texte des malentendus qu’il me semble important de tenter d’éclaircir. Oui, ces actes, tout le massacre de Norvège, sont ceux de déséquilibrés mentaux. Un fasciste est une personne malade qui a besoin de soin et d’un environnement sains et non violent autour de lui pour parvenir à s’équilibrer et ne pas voir le mal dans « l’autre », « l’étranger », le « différent ». Un déséquilibré peut réfléchir. Il réfléchit mais avec son déséquilibre. Ce qui donne pour « nous », un acte insensé pourtant « mûrement réfléchit »Penser le contraire, méconnaître les mécanismes psychiques appelés « maladies mentales ». La montée du racisme, du fascisme, en France, en Europe… est justement un terreau déséquilibrant pour les personnes fragiles, déséquilibrées. Vivement la prise de conscience des problèmes permettant aux fascismes de se développer afin de tenter d’y répondre collectivement.
    Salutations antifascistes,
    Patrice K

    • Comme tu le dis toi même, ces actes sont la conséquence de la montée du racisme et du fascisme en France et en Europe. Le fascisme peut séduire des personnes fragiles, mais ce n’est pas une maladie mentale ni une « gangrène ». Le fascisme est un phénomène complexe, et on ne l’explique en rien si on se contente d’accoler à une personne l’étiquette de « déséquilibré », de « forcené » ou de « tireur fou ».

  2. « déséquilibré », « forcené », « tireur fou » ne suffisent pas à expliquer la situation, mais nous ne devons pas les exclure pour étayer notre compréhension de la montée du fascisme. Les fascismes et racismes sont des conséquences des déséquilibres et inégalités, ils entraînent encore plus de déséquilibres et séduisent les personnes en situation de souffrance (affective, psychique, matérielle…)… Essayons de ne pas dissimuler la complexité du phénomène en écartant une des causes qui est aussi une des conséquences qui est l’impact sur l’état psychique des gens… Évitons de faire comme E. Morin qui, en traitant de complexité s’enfonce et oublie de pointer les vrais causes, les vrais responsables…
    Une société composée de gens en déséquilibre aura peu de probabilités d’être elle-même équilibrée !
    Salutations antifascistes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s