Archive for octobre, 2011

30 octobre 2011

Rassemblement contre les crimes homophobes et transphobes le 5 novembre Place de la République à Lille

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

Crimes homophobes et transphobes… assez!

La violence contre un citoyenNE homosexuelLE , transsexuelLE ou transgenre ne serait elle pas la même que toutes les autres violences?
Cela vous indigne?
Crimes homophobes et transphobes… assez!

… Réveillons-nous !
Ne subissons plus !

Agissons contre l’incitation à la haine homophobe et transphobe
et contre toutes les violences !

ASSEZ de ces faits divers :

Ils avaient violemment frappé deux jeunes filles parce qu’elles s’embrassaient en public dans les rues de Charleville-Mézières.

La semaine dernière en Écosse, Walker, 28 ans, a été assassiné, brûlé vif pour le seul fait d’être homosexuel.

Et n’oublions pas les trop nombreuses insultes, discriminations et agressions que subissent les citoyenNEs homosexuelles, transsexuelLEs et transgenres au quotidien!!!

Ne soyons plus des victimes !
La liberté de tous vaut plus que leur haine !
RASSEMBLEMENT CONTRE L’HOMOPHOBIE ET LA TRANSPHOBIE
Y a-t-il une justice à deux temps ?
Vos sifflets, vos voix, vos messages !

« Crimes homophobes et transphobes: la honte ! »
« Ça pourrait être votre enfant ! »

Rejoignez la non-violence et l’égale justice pour touTEs !

Rdv à Lille place de la République à 15H00 pour un défilé dans les rues du centre-ville ou un rassemblement (selon le nombre de participantEs), donc venez nombreuses, nombreux!!!

INVITEZ VOS AMI(E)S !! soyons solidaires !

17 octobre 2011

Partisans IDF : Monte ton groupe autonome antifa!

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

[Nous reproduisons ici un document élaboré par Partisans IDF, un autre groupe autonome de l’Action Antifasciste. ]

Régulièrement, nous recevons des mails de personnes qui apprécient notre démarche et qui souhaitent rejoindre notre groupe ou bien simplement nous rencontrer. Nous devons donc préciser qu’elle est notre démarche concernant le développement d’un mouvement antifasciste.

Notre but n’est pas de grossir en tant que groupe. Ce que nous souhaitons, c’est un foisonnement d’initiatives, de projets et d’actions antifascistes, car nous pensons que c’est la seule façon d’abattre le fascisme.

Plutôt que de rejoindre notre structure, les personnes qui apprécient notre démarche doivent monter leur propre groupe autonome antifasciste avec des personnes de leur entourage !
Mais pour autant, continuez à nous écrire pour en parler avec nous si vous le souhaitez !

Voici quelques points essentiels qui expliquent comment monter son groupe antifa !

1/ La sécurité

Être antifasciste aujourd’hui, cela signifie prendre le risque de se confronter à la répression de l’État, mais aussi d’être poursuivi, recherché et combattu par les fascistes eux-mêmes.

Nous pensons que le meilleur moyen de faire face à cela est d’éviter la centralisation et les contacts inutiles entre les groupes antifa.

Un groupe autonome doit donc être constitué de quelques personnes qui se connaissent, s’apprécient et se font confiance.

Il est inutile de demander à rejoindre un groupe autonome antifasciste.

Un groupe antifa peut s’agrandir, mais uniquement depuis l’intérieur : ce sont les personnes du groupe qui proposent à un ou plusieurs individus de rejoindre le groupe s’ils ont confiance, mais jamais l’inverse.

Il faudra aussi toujours être ultra vigilant avec la sécurité :

ne jamais divulguer aucune info sur les antifa, flouter systématiquement les photos, ne pas parler avec la police, faire attention à ce que l’on raconte sur internet, etc.


2/ Le groupe antifa

Deux personnes suffisent à monter un groupe autonome. Suivant la situation, il se posera éventuellement la question de l’élargissement du groupe plus tard.

Ce qui compte pour un groupe antifa, c’est de savoir où intervenir, de chercher à s’implanter.

On peut par exemple choisir d’agir sur son lycée, sa fac, son lieu de travail ou bien directement dans son quartier ou sa ville.

Un groupe autonome antifasciste peut aussi choisir d’intervenir dans une communauté ou vis à vis d’un réseau de gens. Par exemple, des jeunes qui écoutent de la musique Hardstyle peuvent choisir d’avoir une démarche antifasciste qui vise la communauté Hardstyle.

Ce qui compte, c’est d’agir en fonction de ses propres sensibilités, vis-à-vis de ce qui nous touche personnellement.

Dans tout les cas, il est important d’être implanté là où l’on veut agir et d’y intervenir régulièrement afin d’acquérir une crédibilité.

3/ Mener des actions locales contre le fascisme

Être antifa, c’est avant tout lutter pour promouvoir la culture antifasciste. C’est s’opposer concrètement aux valeurs de la société capitaliste : discriminations, moqueries contre les personnes considérées comme « faibles », culte de l’individu et loi du plus fort, etc.

Pour cela, la seule limite est l’imagination des antifa ! On peut pas exemple faire des pochoirs, coller des stickers, distribuer des flyers antifa, faire des vidéos sur YouTube, etc.

Agir sur internet peut également être une activité intéressante, à condition de ne pas négliger la sécurité (surtout avec des sites comme Facebook par exemple).

Suivant la situation, un groupe antifa pourra aussi choisir d’intervenir publiquement s’il juge que cela ne nuit pas à sa sécurité.

Mais être antifa, c’est surtout une attitude et une exigence vis à vis de soi-même.

La meilleure façon d’intervenir pour un antifa, c’est dans sa vie quotidienne, autour de soi, en discutant, en proposant des choses, en véhiculant sa culture et ses valeurs antifascistes !

4/ Mener des actions locales contre les fascistes

Être antifa, c’est aussi lutter concrètement contre les activités fascistes.

Le travail de bases des antifa, c’est de lutter contre la propagande fasciste : arracher les affiches du FN, recouvrir les autocollants fascistes, etc.

Il est aussi nécessaire de se tenir au courant de l’activité des fascistes dans son secteur et agir en conséquence.

Les antifa cherchent également à informer la population des activités fascistes afin de les dénoncer.

5/ Étudier, comprendre, se mettre a jour

Comprendre le fascisme n’est pas une chose simple.

Les antifa doivent mener un gros travail d’étude et de réflexion afin de comprendre pourquoi les fascistes progressent à tel ou tel endroit et analyser leurs discours, pour mieux le contrer.

Le fascisme n’est pas une idéologie figée, c’est un mouvement qui regroupe des tas de réseaux avec des discours différents.

Les antifa doivent toujours se mettre à jour et connaître parfaitement leurs ennemis.

6/ Le front antifasciste

Les groupes autonomes antifascistes doivent chercher à s’unir entre eux et à répandre leur culture dans la population.
L’Action Antifasciste est justement un réseau qui permet aux groupes autonomes d’échanger leur infos, leur analyses et de s’entre aider lorsque cela est nécessaire.

Mais il ne faut jamais oublier que la meilleur arme contre le fascisme, c’est le Peuple lui même !

Le but des antifa est donc de lutter pour que la plus grande partie de la population devienne antifasciste !

Alors, n’attends plus, regroupe toi et monte ton groupe autonome antifasciste !

Dans tout les cas, n’hésite pas à prendre contact avec un groupe de l’Action Antifasciste pour discuter !

Pour nous écrire :

partisans.antifa [at] hushmail.com

13 octobre 2011

Les Baraka se la jouent solo! à Avion les 14, 15 et 16 octobre 2011

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

Programme de représentations du mois d’octobre, par la fine fleur du théâtre héninois, Nordine et Kader Baraka!

Deux spectacles à voir: « Trente ans…une vie de chameau » et « Supplique pour être enterré à Hénin-Beaumont».

12 octobre 2011

Shystie – New Style feat. DJ Deekline

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

9 octobre 2011

Compte rendu de la manifestation antifasciste du 8 octobre à Lille

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

Hier, la manifestation organisée à Lille par les fascistes de Troisième Voie, Opstaan, la Maison Flamande, le Front Comtois et les belges de Nation n’a pas réussi à réunir plus de 400 personnes, alors qu’il s’agissait d’un appel national. En revanche, dans le camp antifasciste, cet événement a fait l’objet d’une mobilisation de masse, la contre-manifestation qui se déroulait le même jour a réuni près de 2000 personnes. Etaient présentEs de nombreuses organisations de gauche et d’extrême-gauche, mais aussi de nombreuses personnes et groupes autonomes venuEs exprimer leur refus de ce défilé fasciste dans leur région, et leurs  valeurs progressistes.

Serge Ayoub alias « Batskin », le porte parole de Troisième Voie,  avait juré qu’il n’y aurait aucun débordement et que tout se déroulerait dans le calme. Cela n’a pas été le cas, les coordonnateurs de ce défilé  « solidariste » n’ont manifestement pas pu tenir leur « front ». Ainsi en début de soirée, des groupes de fachos tendance néo-nazie, probablement déçus de leur journée, se sont mis à saccager ce qu’ils ont trouvé dans les rues adjacentes, et les devantures des bars aux alentours en ont fait les frais. Le fascisme c’est le culte de la violence: il a vite sauté,  le vernis de respectabilité qu’ont tenté de se donner les organisateurs de cette provocation raciste et nationaliste!

La résistance antifasciste s’organise, et elle s’organise de manière toujours plus autonome. Pour le CVA, c’est une excellente nouvelle. Bravo à nos camarades de l’ACF qui se sont mobilisés en nombre, et qui ont préparé de très beaux visuels pour l’occasion.

Multiplions les groupes autonomes dans la région!

Organisons la résistance!

Vive l’Action Antifasciste!