Archive for juin, 2011

25 juin 2011

Arras Antifa!

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

 

20 juin 2011

Shystie – Woman’s World

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

1 juin 2011

La bagnole, un combat d’arrière-garde taillé sur mesure pour le Front National

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

Alors que la sécheresse liée au dérèglement climatique s’annonce pire que celle de 1976…
Alors que les émissions de CO2 liées à l’utilisation de combustibles fossiles ont atteint un niveau record en 2010…
Alors que la vitesse d’engorgement du réseau routier évolue au carré de la vitesse de la construction de nouvelles routes qui asphyxient le sol encore un peu plus…
Alors que le pic d’extraction du pétrole a déjà peut-être été atteint, ou le sera dans un futur très proche…
Alors que les particules diesel sont à l’origine de 15% des cas d’asthme chez les enfants…

Que fait le Front National? Il part en campagne pour défendre la voiture et les automobilistes!

Une fois de plus, le FN démontre, tout comme ses adversaires politiques sociaux-démocrates, qu’il n’a que faire de l’intérêt des masses, et qu’en matière de transport, il n’a aucune solution à proposer qui soit à la hauteur des enjeux de notre époque.

Tout comme les grandes formations politiques (UMP, PS…) qu’il passe son temps à critiquer pour leur manque de visée, le FN montre sa nullité, son incapacité à planifier quoi que ce soit à part la guerre, son incapacité à proposer des solutions à long terme, à appréhender la réalité dans son ensemble et dans toute sa complexité.

Alors que même un enfant de 12 ans (surtout un enfant de 12 ans!) est en mesure de constater sans difficultés l’absurdité totale d’un système de transports basé sur la voiture individuelle, Marine Le Pen a fait de la bagnole son nouveau cheval de bataille pour la saison « printemps-été 2011».

La température va augmenter de 6 degrés sur le globe d’ici 2100? Le taux mondial d’émissions de carbone va plus que doubler d’ici 2050? Qu’à cela ne tienne, le Front National, à rebours de l’histoire, embrasse la « noble cause » de la lutte contre le « racket » de la pompe à essence et la « persécution » par radar automatique…

Dans la liste des fléaux infligés par la bagnole à la population, les tracts du FN dénoncent bien entendu le comportement irresponsable des consommateurs de «drogues et autres substances» qui prennent le volant. Par contre, l’alcool n’est pas mentionné une seule fois… alors que l’alcool est en France la cause principale des accidents de la route! Que dire, sinon que pour les fascistes, la picole, même au volant, est une valeur à laquelle on ne touche pas ?

Cette campagne en direction des automobilistes (une « catégorie sociale » à part entière, peut-on lire sur le tract) se double dans le Nord-Pas-de-Calais d’une mobilisation des élus et cadres du FN en défense de l’industrie automobile régionale. Avec un objectif : capter l’adhésion et le vote de la population ouvrière.

Mais ces deux campagnes, même si elles sont apparemment liées, montrent en vérité l’opportunisme du Front National, et toutes les contradictions de ses propositions démagogiques. Il est loin le temps où Marine Le Pen, en tant que conseillère régionale, défendait le projet de tramway Lille-Hénin-Beaumont afin de désengorger l’autoroute A1 et d’«offrir une alternative douce à l’automobile»…

A peine un an plus tard, il n’y a désormais plus l’ombre d’une trace de défense des transports en commun dans le discours officiel du FN. Et les cadres locaux partent à la rencontre des automobilistes « aux abords des centres commerciaux». Tout en continuant à défendre le « commerce de proximité », de toute façon il ne sont pas à une contradiction près.

Dans notre département, les cadres FN se disent très proches des ouvriers, et à l’écoute des préoccupations du peuple. Mais ils semblent ignorer que dans le bassin minier 27,5% des ménages ne possèdent même pas de voiture.

Cette segmentation du discours en propositions « attrape-tout » destinés à toucher d’un côté la petite bourgeoisie, et de l’autre la classe ouvrière, a quand même un fil conducteur : la préférence nationale  et l’obsession des flux migratoires comme cause de tous les maux: ainsi, on peut trouver le mot « immigration » sur un tract qui parle de bagnole, alors qu’on n’y trouve pas le mot « alcool », ce qui est quand même très fort…

La voiture est la marchandise emblématique du capitalisme à notre époque. Il faut donc s’attendre à ce que les masses,  prisonnières de ce mode de transport, souffrent de devoir payer un prix aussi élevé pour pouvoir simplement se déplacer. Et bien sûr, la classe ouvrière est en première ligne quand les délocalisations affectent l’industrie automobile locale. Mais cela ne signifie pas  qu’il faut maintenir ce système dans la limite du supportable (comme le veut le FN), mais bien au contraire qu’il faut mettre un terme au règne de la voiture individuelle!

Et si de nouvelles solutions se profilent à l’horizon, ce n’est pas par les fascistes qu’elles seront mises en œuvre : le FN défend le nucléaire, tout en attaquant le « lobby pétrolier », tout en défendant l’usage de la voiture ; bref, il n’a rien d’autre à proposer que la préférence nationale pour le droit d’asphyxier le reste de l’humanité et de la planète :  en France, 8 tonnes de CO2 par habitant et par an, dont 42% liés au transports.