Retour sur les élections cantonales, l’abstention et les scores du Front National

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

Abstention

La première leçon importante que l’on peut tirer des dernières cantonales, c’est le désintérêt massif et croissant de la population pour les élections. Dans le Pas-de-Calais, on enregistre un taux d’abstention de 55% au premier comme au deuxième tour, contre 36% en 2004. Comme on le voit, la progression de l’abstention est énorme. Cela ne signifie pas que le peuple ne s’intéresse pas à la politique. C’est simplement un désaveu très clair des institutions « démocratiques » qui co-gèrent le capitalisme. Le sentiment général semble être que de toute façon, les grandes orientations politiques et économiques (du pays, du département…) échappent complètement au suffrage universel.

Si le vote n’offre pas de prise sur la réalité, s’il ne donne pas de vrais pouvoirs, eh bien, ça finit par se remarquer… Le système est rejeté par une grande partie du peuple qui ne va plus voter, les candidats de droite comme de gauche font des déclarations catastrophées aux médias sur le taux d’abstention, (tout en étant très mal placés pour se poser les vraies questions), et la « démocratie participative » continue son rôle d’accompagnement du capitalisme comme si de rien n’était, alors qu’elle est au bord de l’implosion.

Scores du Front National

La deuxième chose à retenir de ces élections cantonales, c’est bien sûr les scores élevés du Front National. Les candidats FN se sont qualifiés pour le deuxième tour dans 20 cantons, sur les 35 ou il y a eu un vote.

Même si aucun des candidats FN n’a remporté de siège dans le Pas-de-Calais, ces résultats doivent être un sérieux avertissement pour le futur. Car l’objectif, pour le parti de Marine Le Pen, c’est clairement la prise du pouvoir, avec en ligne de mire les présidentielles de 2012.

Dans le Pas-de-Calais, c’est sur le canton de Montigny-Hénin que le FN a réalisé son meilleur score au premier tour : c’est là qu’a fait campagne Steeve Briois, ex- et futur candidat à la maire d’Hénin-Beaumont. Si l’on y regarde de plus près toutefois, on s’aperçoit qu’il a réalisé un meilleur pourcentage qu’en 2004, mais en recueillant 55 voix de moins que lors des précédentes cantonales…

De cela nous devons tirer deux conclusions, apparemment contradictoires:

– d’un point de vue strictement numérique, il est erroné de parler de « déferlante » de votes FN, y compris à Hénin-Beaumont qui est pourtant le centre névralgique du FN dans le département. Briois n’a jamais remporté plus de 5504 voix dans cette ville de plus de 25000 habitants. C’est déjà beaucoup trop, mais cela revient à dire que 20000 habitants sur 25000 ne votent pas Front National à Hénin-Beaumont. Cette donnée est très importante pour comprendre le talon d’Achille de la stratégie du FN, qui se base sur un travail de terrain mais aussi sur les mécaniques du jeu électoral. L’heure n’est donc pas au défaitisme, mais:

la progression du FN n’en reste pas moins une tendance de fond, et le discours fasciste gagne du terrain dans le peuple. Le bassin minier du Pas-de-Calais est stratégiquement très important pour les fascistes, qui recherchent l’adhésion de la classe ouvrière à leur discours national et « social ». Et ce n’est pas la (relative) faiblesse numérique du FN qui l’empêchera un jour de gagner des élections, car bien plus que le nombre de voix ou le nombre de fascistes authentiques, c’est la pénétration des idées fascistes dans la société qui fait progresser le fascisme.

Que faire?

Dans le futur, on ne peut rien attendre de concret d’un énième « appel pour un front républicain » ou même d’un « comité de salut public« , comme l’ont évoqué respectivement le maire Europe Ecologie de Loos-en Gohelle et le chef de file du Modem sur Hénin-Beaumont. On a vérifié maintes fois dans le passé que ces stratégies bourgeoises d’alliance finissent toujours par se saborder elles-mêmes au gré des échéances électorales, et qu’elles n’apportent aucune solution au problème.

Ce qui fera la différence, c’est la capacité du peuple à s’organiser de façon autonome, pour combattre ce climat malsain et faire apparaitre le projet du Front National pour ce qu’il est : un projet impérialiste ultra-violent au service des intérêts de la bourgeoisie. Au projet fasciste, il faut opposer nos valeurs, notre projet de société à nous.

Le nationalisme, c’est la guerre!

Le racisme, le sexisme, le capitalisme, c’est le passé!

Le partage, la fraternité, la solidarité internationale, c’est l’avenir!

Publicités

One Comment to “Retour sur les élections cantonales, l’abstention et les scores du Front National”

  1. analyse intérêssante ; ce qui sur c’est qu’il n’y a que par le démontage systématique de leurs arguments que nous pourrons les remettre à leur juste place, c’est à dire dans le néant…Bonne route à vous et bonnes luttes!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s