Archive for septembre, 2010

18 septembre 2010

Fascistes, du balai!

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

12 septembre 2010

Le rôle des femmes selon les identitaires flamands d’Opstaan

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

Dans la catégorie ″Théorie″ du site internet d’Opstaan, groupe identitaire basé à la Vlaams Huis (Lambersart, 59) on peut trouver un texte s’intitulantUne femme libre n’a nul besoin.

Ce texte est un magnifique résumé des idées fascistes sur les femmes. Il est d’autant plus intéressant qu’il est écrit par une femme prénommée Adélaïde. A la lecture de son ″œuvre″, on ne peut que lui souhaiter de se remettre les yeux en face des trous et de tirer parti de son expérience pour regarder le monde dans lequel elle vit avec un peu plus de réalisme. Que dit le texte?

L’émancipation des femmes y est considérée comme acquise. Le féminisme (une catastrophe dont le seul but serait d’anéantir la ″volonté masculine″), serait étroitement associé au capitalisme (très superficiellement détesté), et bénéficierait du soutien unanime des médias et de la société dans son ensemble (???). Manifestement l’auteure de ce texte n’a aucune idée de ce qu’est le féminisme, puisqu’elle croit voir ses manifestations concrètes dans la société de consommation, les clips vidéos et même les régimes minceur! Un extrait au hasard, ouvrez les guillemets avec des pincettes :

Triste constat de l’activisme féminin, uniquement porté sur lui-même et sur ses propres et inutiles intérêts, dénué de toute conscience nationale, éternellement voué à s’autosatisfaire dans le déni de l’homme et dans la nostalgie des Suffragettes. On pourrait alors se demander l’intérêt d’un tel mouvement, aux revendications déjà acquises […]

Au passage, qui a dit que les identitaires n’étaient pas nationalistes? Mais reprenons : le rôle de l’homme, c’est d’être un ″guerrier″, un ″chasseur″, bref d’écrire l’histoire, pendant que la femme s’occupe de la maison et des enfants:

Peu de femmes sont entrées dans l’Histoire, mais toutes se sont battues au nom d’un peuple, d’une patrie, portant les armes fièrement sans se soucier du détail, du contexte ou des institutions. Les grandes pages de l’Histoire se sont écrites en majeure partie par les hommes, par la force et la volonté. Et si actuellement ces dames vivent dans un pays qui les respectent, tel que le nôtre, ce n’est certainement pas grâce aux lobbys extrémistes ou aux hommes au foyer, mais bien par le sacrifice passé d’êtres volontaires et d’une unité nationale sans failles.

Au secours!!! Donc si on a bien compris, l’Histoire avec un grand Hache, c’est les hommes qui la font, à coup de Volonté, de Valeurs, de Morale, de Devoir et d’Honneur et de Force et de Sacrifice et patati et patata, et les femmes les soutiennent au nom du Peuple ou d’une Patrie ou d’une Communauté (surtout pas au nom d’une classe sociale bien sûr) . Ici on a l’esthétique des grands symboles virils qui ne veulent rien dire, doublée de la négation de la lutte des classes, au profit du corporatisme. Point d’oppresseurs ni d’oppresséEs, toutEs réuniEs sous le même drapeau. Alors surtout, les filles, ne vous ″souciez pas du détail″, car vous vivez dans un pays où seulement 6 femmes par mois meurent de violences conjugales, où l’écart salarial entre les femmes et les hommes est seulement de 20% en moyenne, et où les femmes assument seulement 80% des tâches domestiques.

Tout le long du texte, trois caractéristiques frappantes : la nostalgie du passé, un flou idéologique qui se manifeste par une multitude d’incohérences, et des positions pseudo-révolutionnaires :

La nostalgie d’abord, qui suinte du texte: la nostalgie d’une époque d’avant le capitalisme (le féodalisme?) où régnait ″l’esprit d’ordre social″, où la religion était garante de cet ordre, où l’avortement n’était pas un droit, et où la femme ne travaillait pas, mais s’occupait à ″parfaire l’éducation de sa descendance″, etc. Le féminisme est implicitement rendu responsable de la crise du ″monde moderne″, même si la nature de cette crise est loin d’être précisée dans le texte.

Le flou idéologique ensuite: le ″capitalisme économique″(sic) de la ″nouvelle société libérale″, le féminisme qui ″tend à humaniser niaisement la société″, ″l’égoïsme maternel″ (?), ″l’utopie et la malversation » et le″mouvement unisexe et linéaire″, c’est zoli mais ça ne veut rien dire. Tout ce qu’on retiendra du contenu c’est le nationalisme, l’anticapitalisme de façade, le mépris des femmes (par une femme), le culte du patriarcat, des ″grands hommes″, et un esprit de rébellion qui se donne des allures pseudo-révolutionnaires.

Mais ces positions  sont en fait complètement réactionnaires : le corporatisme, l’ethno-différentialisme ou le nationalisme ne peuvent pas masquer totalement l’existence de classes sociales aux intérêts opposés ni des rapports antagonistes entre les femmes et les hommes aux sein de ces classes, car ces rapports sociaux existent, ils sont une réalité!

Par contre, ce texte est idéaliste du début à la fin, car les idées avancées par l’auteure n’existent que dans la tête de l’auteure, et pas dans le monde sensible.

La seule chose que nous pouvons te souhaiter, Adélaïde, c’est de te confronter au réel : si un jour tu as besoin de vendre ta force de travail pour vivre, ou si tu restes chez toi pour élever tes enfants (comme tu sembles le préférer), tu pourras nous expliquer en quoi ″une femme libre n’a nul besoin″…

12 septembre 2010

Le magasin Stock City fiche ses clients (pour ses copains flics?)

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

Le magasin Stock City, situé rue des Trois Visages à Arras, est « agrée gendarmerie » et surplus militaire, et vend aussi des accessoires, des insignes et des vêtements : on y trouve de tout, aussi bien du Lonsdale que du Fred Perry.

V.  s’était rendue au magasin pour y acheter une petite bombe anti-agression au poivre. Quelle ne fut pas sa surprise quand le vendeur lui demanda de sortir ses papiers pour les recopier dans un petit registre plein de noms et de numéros de carte d’identité : en effet les bombes anti-agression sont en vente libre pour les plus de dix-huit ans, donc normalement, nul besoin de présenter ses papiers!

Notre amie demande des explications et se voit répondre qu’il est désormais obligatoire de prendre les coordonnées des personnes qui achètent un couteau ou une bombe lacrymo.

– « Très bien, je ne montrerai pas mes papiers, alors tant pis, je m’en vais! », répond notre amie, qui prend le chemin de la sortie.

– « Non mais c’est pas grave, je vous la vends quand même la bombe! »,  lui répond le vendeur.

– « Ah bon? Mais vous venez de me dire que vous étiez obligé de prendre mes coordonnées! »

– « Bin disons qu’on est obligés de les demander, mais si le client veut pas c’est pas grave… »

Mmmm… Qu’est-ce que cela peut-il donc signifier? Des hypothèses?

  1. Une mauvaise connaissance des lois.
  2. Le vendeur souhaite peut-être se constituer un fichier-clients afin de pouvoir leur envoyer le catalogue automne-hiver de la nouvelle collection.
  3. Ou alors un bon copain flic qui aime déléguer les tâches s’intéresse aux clients du magasin.
9 septembre 2010

Le tribunal d’Arras enferme le peuple et protège les bourgeois

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

Cette semaine, dans l’Avenir de l’Artois, on trouve dans la rubrique « faits divers » trois jugements rendus par le tribunal d’Arras.

« La détention est le seul moyen de le protéger de la société. »

Tout d’abord il y a cet homme de 26 ans qui a volé un ordinateur portable à Avion.  Héroïnomane,  ne sachant ni lire ni écrire, il réclame sa mise en détention : ″même si c’est pas beaucoup de temps, c’est pas grave″. Pourtant la prison d’Arras est un endroit très dur, où l’on se suicide : ça en dit long sur la détresse de cette personne, pour qui  la prison est une perspective plus enviable que la remise en liberté. Et là, la substitut du procureur a cette phrase incroyable:  ″la détention est le seul moyen de le protéger de la société″. Un aveu de la justice que notre système est insupportable pour les  plus fragiles d’entre nous, et que, finalement la privation pure et simple  de la liberté est une oppression plus vivable?  Il est condamné à deux ans ferme pour vol d’ordinateur.

« Je voulais plutôt prendre à un riche pour épargner des gens plus modestes. »

Puis il y a K., 20 ans, arrêté au bord de l’autoroute par les gendarmes de Marquion, en possession d’une Porsche qu’il avait volée en Belgique à un banquier (directeur d’une agence Dexia) en le menaçant avec un pistolet en plastique. ″Pourquoi une voiture si couteuse?″, l’interroge la présidente du tribunal. Et lui répond : ″Je voulais plutôt prendre à un riche pour épargner des gens plus modestes″. Nous saluons sa solidarité de classe au passage.

Le directeur de l’agence bancaire est présent lors du jugement. c’est la deuxième Porsche qu’on lui vole cette année, mais il le prend plutôt bien : le journaliste, sur un ton admiratif, rapporte que le banquier ″montre de la compassion″ pour son agresseur, même si cela peut paraître ″fou″.

Pourtant il n’y a aucune raison d’admirer la  » compassion » d’un cadre de Dexia: en 2008 la banque avait versé 8 millions d’euros de bonus à ses cadres (peu de temps après avoir été sauvée de la faillite par les états français et belge, et peu de temps avant la destruction de 900 emplois). Juste de quoi s’acheter une ou deux voitures de luxe…

Toujours est-il que la compassion de la bourgeoisie a ses limites : le tribunal condamne K. à quatre ans ferme avec maintien en détention.


Puis il y le cas de l’ancien gérant de Méd’Hygiène, une entreprise bapalmoise de récupération de seringues et cotons usagés. En 2006 elle a réalisé un chiffre d’affaires de 538 000 euros (voir ici un article dithyrambique sur cette société).

″Tout ça repart à Saint-Saulve pour être transformé en poussière stérile.″   Le gérant,  interviewé  en 2005.

Seulement voilà, un chauffeur de l’entreprise alerte la gendarmerie car il est inquiet pour sa santé. Puis la DDASS découvre que Med’Hygiène est responsable d’un grave péril sanitaire : non respect des délais de destruction des déchets, véhicules et locaux non conformes, registres non tenus, aiguilles qui jonchent le sol…

Le rapport est ″accablant″, selon la présidente du tribunal. Et la substitut du procureur ″s’inquiète pour la santé publique, certains déchets ayant disparu″.  Pour couronner le tout, on apprend que le gérant est récidiviste en la matière!

Le gérant Med’Hygiène  sera condamné à deux mois de prison ferme, 500 euros d’amande et 300 euros de contravention.

Deux ans pour un ordinateur volé, quatre ans pour un vol de voiture, et deux mois pour un péril sanitaire : quand on met en parallèle ces trois condamnations, prononcées au tribunal d’Arras la semaine dernière, la fonction de la justice française nous apparaît plus évidente : frapper le peuple, et protéger la bourgeoisie. Car si K. avait volé une 205 ou une Twingo, est-ce qu’il aurait pris 4 ans?

8 septembre 2010

L’Oeuvre Française, va poursuivre ton oeuvre plus loin…

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

Trouvés boulevard de Strasbourg à Arras, ces stickers de l’œuvre Française où on peut lire:

« La France aux Français »

« Vive la Liberté! Vive la Nation! NON à leur pseudo-Europe (l’UE), antisociale, antinationale, antireligion, Assez de mensonges, assez de trahisons, nous voulons rester Français! ».

Petit topo sur l’œuvre Française:

L’Œuvre française est un mouvement d’extrême droite français fondé en 1968 par Pierre Sidos qui revendique aujourd’hui plusieurs centaines d’adhérents, souvent avec une double appartenance au Front national, tel Yvan Benedetti, ancien responsable du journal Jeune Nation en 2000, candidat FN aux élections législatives de 2007 dans la quatorzième circonscription du Rhône.

Se présentant comme « à la pointe du combat nationaliste, de l’action antisioniste et antimarxiste au sein de la nation française », l’Œuvre française tient son premier congrès les 10 et 11 octobre 1970. Elle participe habituellement à la fête traditionnelle de Jeanne d’Arc le deuxième dimanche de mai.

Cette organisation se veut l’héritière des grandes figures du nationalisme français, tels Édouard Drumont, Charles Maurras, Maurice Barrès, Robert Brasillach, Jacques Ploncard d’Assac, Henry Coston. Elle se définit comme nationaliste, antibourgeoise, catholique traditionnelle, anticommuniste et anticapitaliste. Son emblème est la croix celtique blanche à extrémités carrées et aux quatre parties égales.

À la fin de 1996, l’Œuvre française, a annoncé qu’elle soutenait le Front national. Fait souvent évoqué suite à une rencontre à Orange entre Pierre Sidos et Jean-Marie Le Pen lors d’une conférence.

L’Œuvre a appelé à voter Jean-Marie Le Pen à l’élection présidentielle de 2007 pour ses membres et sympathisants qui désiraient voter. Pierre Sidos ayant déclaré que ceux désirant voter devaient préférer le candidat Jean-Marie Le Pen plutôt qu’un autre mais n’a pas donné de consignes strictes à ses militants ou sympathisants.

L’Œuvre française est parfois surnommée par ses détracteurs « l’Église de sidologie », eut égard à la forte assimilation entre ce mouvement et la personne de son fondateur.

Source : Wikipédia

3 septembre 2010

Hénin-Beaumont antifa!

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

3 septembre 2010

Nous n’irons pas fêter la république à Hénin ce 4 septembre

par Comité de Vigilance Antifasciste 62

De nombreuses organisations, à l’initiative de la Ligue des Droits de l’Homme, appellent à manifester ce 4 septembre à Hénin-Beaumont contre la « xénophobie et la politique du pilori », dans le cadre d’un appel national.

Depuis sa création le CVA 62 est impliqué dans la lutte antifasciste à Hénin-Beaumont, mais nous ne participerons pas à cette manifestation et en voici les raisons:

Le fait qu’une mobilisation existe contre les mesures répressives de l’état à l’encontre de populations entières est tout à fait normal, et nous sommes convaincuEs que de nombreuses personnes sincèrement préoccupées par ces prétendues « dérives » du gouvernement (qui en fait ne datent pas d’hier), iront manifester ce 4 septembre.

Mais cette initiative nous pose deux problèmes:

  1. Au nom de quoi se fait cet appel?
  2. Pourquoi avoir choisi Hénin-Beaumont comme lieu de manifestation dans le Pas-de-Calais?
  1. Sur les bases de cet appel, nous ne nous attarderons pas car le message est très clair: « Tous ensemble, défendons la République! ». La date du 4 septembre a été choisie car il s’agit du 140ème anniversaire de la fondation de la Troisième République, dont l’histoire débute avec l’écrasement de la Commune de Paris. A chacun ses références!

Bref, la gauche institutionnelle n’en finit pas de barboter dans le citoyennisme et le républicanisme (comme il est très bien expliqué ici), et d’exiger le respect de la constitution de la Cinquième République (!), qui pourtant n’est pas un modèle de démocratie. Passons également sur la mention du« nécessaire respect de l’ordre public » dans le communiqué national : il faut défendre la république, mais surtout que chacun reste bien à sa place, ok?

1. Pourquoi avoir choisi Hénin-Beaumont pour manifester?

On sait que le P«S» essaie de reprendre pied dans une ville où il n’est plus présent, à cause de ses propres agissements, et tente de se rendre présentable en vue des prochaines municipales de 2014.

Et on devine qu’avec cet appel contre la «politique du pilori», commencent les grandes manœuvres de rassemblement de « toute la gauche » autour du Parti «Socialiste» en vue des présidentielles de 2012.

Alors pourquoi Hénin-Beaumont? Parmi toutes les formations politiques présentes dans la ville, l’UMP (le parti gouvernemental donc) est insignifiant. La répression d’état s’y est-elle particulièrement illustrée, comme à Calais ou à Harnes? Non. Tout le monde sait qu’à Hénin-Beaumont, c’est le Front National qui est hégémonique à droite sur l’échiquier de la politique politicienne.

La LDH ainsi que d’autre organisations signataires, font à demi-mot dans leurs communiqués des analogies bancales entre la politique gouvernementale et la politique qui serait mise en œuvre par l’extrême droite si elle arrivait au pouvoir : il y a d’énormes similitudes entre la politique de l’UMP et le programme du FN, c’est un fait. Mais quand on insinue que l’UMP et le FN c’est kif-kif, il faut aller au fond des choses et reconnaître que la république s’accommode très bien d’orientations fascisantes. Ce que la LDH est incapable de faire. C’est ainsi que le communiqué de la section LDH d’Hénin-Carvin parle sans rire d’Hénin-Beaumont comme d’une « ville emblématique dans le cadre de la lutte contre l’extrême-droite et de la reconquête républicaine »!

Tout cela ne serait pas si grave, si la ville d’Hénin-Beaumont n’était pas instrumentalisée afin de servir une fois de plus des visées politiciennes, sans aucune considération pour ses habitants.

Soyons clairEs : le comité que nous sommes n’a pas plus d’égards pour la politique répressive du gouvernement que pour des programmes fascistes, d’«extrême-droite» et assumés comme tels. Mais dans le contexte local, cette manifestation tend objectivement à renforcer le FN. Nous constatons qu’aucune des organisations signataires n’a pris la peine de critiquer les termes et le choix symbolique du lieu de cette manif, c’est donc qu’elles cautionnent l’intégralité de la démarche et ses fins politiciennes.

N.B : le 4 septembre, la gauche républicaine ne sera pas seule à « fêter » l’anniversaire de la Troisième République: l’organisation Riposte Laïque a lancé l’initiative, largement relayée sur Facebook par d’autres groupes fascistes, d’un Apéro Républicain à l’occasion du 140ème anniversaire…